Parcoursup, l’université sans horizon

Un monde sans horizonParcoursup est le nouveau portail d’affectation des bacheliers en première année d’études supérieures en remplacement du récent système APB (Admission Post Bac). Issu de la loi ORE, (loi sur l’orientation et la réussite des étudiants), mis en place avant le vote de la loi, il réorganise complètement l’accès aux cursus post-baccalauréat. Les objectifs affichés par le gouvernement sont la réduction de l’échec en première année de licence grâce à une meilleure orientation des élèves. Pourtant, depuis sa mise en place, un important mouvement d’étudiants et de professeurs d’universités s’est vigoureusement opposé à sa mise en place : à en croire la manière dont les grands médias rendent compte du phénomène, le point qui concentrerait les mécontentements serait l’apparition indue d’une « sélection » à l’entrée de l’Université, supposée contraire à sa tradition. Qu’en est- il ?

Lire la suite

Publicités

La certification en anglais pour tous.

I love EnglishVendredi 23 février dernier,  Édouard Philippe présentait devant les étudiants de l’EDHEC Business School of … Roubaix (in France of course),  son plan d’action pour redresser le déficit commercial de la France. Parmi les propositions, le ministre a annoncé le financement de certifications internationales en anglais pour les élèves de terminale jusqu’en troisième année de licence. D’ici  trois ans, tous les étudiants qui le souhaitent pourraient y prétendre. Ce dispositif devrait être généralisé dans les cursus (BTS, licences pro…) ayant une dimension internationale. Notons d’emblée le conditionnel.

Lire la suite

Humanités scientifiques et numériques

Digitals HumanitiesElle est enfin sortie cette réforme du bac que tous attendaient. Un vrai choc de simplification qui ne concerne véritablement que les sections générales : de 3, elles passent à 30. Certaines matières des élèves évoluent et nos enfants pourront étudier d’ici un an et demi des contenus qui ne sont issus d’aucune filière universitaire et qui ne sont l’objet d’aucun concours d’enseignement. On se demande donc qui va assurer les cours. Les professeurs des lycées ? Si un professeur d’histoire peut s’improviser  professeur de « géopolitique » sur la seule base d’une certification, il ne faut pas vraiment être surpris de voir des ingénieurs ou des informaticiens s’improviser professeurs de mathématiques. Il n’y pas que des statuts à défendre, il y a aussi une formation disciplinaire qui justifie la possibilité de transmettre la discipline étudiée ! Donc, de nouvelles matières, que personne ne sait définir, feront leur entrée au lycée dans un an et demi.

Lire la suite

Le colloquio, cet oral que nous envions aux Italiens.

La sciola rovesciataAlors que le nouveau baccalauréat se précise, le « grand oral » interdisciplinaire semble être une option des plus probables. Or, il présente beaucoup de similitudes avec l’épreuve orale que les lycéens italiens passent déjà en fin de dernière année du Liceo. Et les réformes en cours en Italie ressemblent également à celles qui voient le jour en France, signe que le mouvement auquel cette réforme du bac  répond n’est pas simplement national.

J’ai donc demandé à Lorenzo Varaldo, auteur de La scuola rovesciata, (L’école renversée) son avis sur le « colloquio ». Directeur d’école et syndicaliste très engagé dans la défense de l’école publique en Italie, il était venu à Marseille lors de la seconde rencontre nationale du  Manifeste pour une école qui instruise où j’avais eu le plaisir de le rencontrer. Lire la suite

Faut-il réformer le baccalauréat?

Le candidat à la présidentielle, E. Macron, l’avait promis : il réformerait le bac. Et comme chose promise est due, Pierre Mathiot, ex-directeur de Sciences Po Lille, a été nommé à la tête d’une « mission » sur le bac fin octobre 2017. Un rapport devrait être rendu au printemps, mais déjà les grandes lignes se dessinent. Le baccalauréat devrait être modulaire et avare en heures de cours. Difficile d’en comprendre les tenants et les aboutissants tant les vrais enjeux sont, comme pour la réforme du collège, masqués. Lire la suite

Pour une école qui instruise!

Dans le cadre de la seconde rencontre nationale du Manifeste pour la reconquête d’une école qui instruise, l’AFPEAH (Association pour un enseignement ambitieux et humaniste) et le Collectif l’EPI (Enseignants et parents indignés) étaient invités à s’exprimer.

En attendant de vous proposer une synthèse des interventions passionnantes, mais inquiétantes, voici le contenu de ma contribution.

Lire la suite

Enseigner l’histoire à l’école

Guerre de Corée« Pourquoi Kim Jung-un est-il fou? » me demandait récemment un enfant : Oui, comment peut-on être nord-Coréen ? A lire les media nationaux, la population nord-coréenne est une population d’aliénés vivant sous l’égide d’un fou. Il existe ainsi des populations non-humaines qui ont à leur tête des ennemis du genre humain : les Russes, les Iraniens, les Nord-Coréens… Lire la suite

L’école en marche

EvaluationPuisque le parti La République en marche l’a déjà majoritairement emporté, il n’est pas inutile de faire un point sur les conséquences de cette victoire sur l’école. Si dans les faits, le programme d’Emmanuel Macron et le parcours de son ministre Jean-Michel Blanquer sont dans la droite ligne des prescriptions de l’UE et de l’OCDE, comme la politique de François Hollande et Najat Valaud-Belkacem, les hommes et les discours sont très différents.

Lire la suite

A quoi sert l’Éducation aux media et à l’information?

Education aux media et à l'information

Depuis les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et de Montrouge en 2015, la presse s’est  massivement fait l’écho d’une discipline l’EMI, Éducation aux Media et à l’information, pour lutter contre ceux qui  « n’étaient pas Charlie. »
Rappelez-vous, la ministre de l’Éducation Nationale de l’époque se plaignit de ce que les élèves posaient trop de questions :  « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les « Oui je soutiens Charlie, mais », les « deux poids, deux mesures », les « pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? » Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs »(1). Lire la suite

Les débats de la réforme 2: l’autonomie

Baguette magiqueL’autonomie des établissements scolaires devient un thème récurrent dans les débats scolaires. Par exemple, Emmanuel Macron souhaite davantage d’autonomie dans les collèges et les lycées et davantage de latitude aux chefs d’établissement dans le choix des enseignants lors des embauches ou des nominations. François Fillon souhaite également de l’autonomie, notamment sur les rythmes scolaires et entend donner plus d’autonomie au chef d’établissement dans le choix des professeurs. Lire la suite